Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/02/2007

Trois ans sans femme

medium_Les-suppliants.jpg

Les volets fermés, d’abord un faible bourdonnement, mais si dérangeant de par sa monotonie. Les paupières toujours closes, il avait supposé qu’un insecte était parvenu à s’infiltrer malgré tous les soins apportés la veille à mettre en place la grande moustiquaire au dessus du lit au bois écaillé. Peu à peu, il prenait conscience du jour cruel qui ne l’avait pas attendu et des corvées qu’il ne pourrait pas repousser davantage. Des noms et visages des opportuns qui allaient faire la queue, la mine compassée ou sournoise, l’odeur de sueur rance qui se répandrait peu à peu dans la pièce malgré le ventilateur aux pales rouillées. Oui, un jour comme celui-ci, comme la veille ou le lendemain. Il se voyait déjà, jetant sans cesse des regards sans espoir à l’horloge qui était toujours inclinée avec un angle absurde depuis le premier jour où il avait franchi, plein d’espoir, le porche de son domaine. Il n’y avait aucune issue pour l’instant, il le savait. Trois ans à tenir dans cette fournaise, sans espoir et surtout sans femme.
Alors, il se leva, courbé par le temps et le désespoir, mais lorsqu’il de décida d’ouvrir en grand les vantaux fendillés, il savait déjà : ils étaient là, depuis des heures, debout, les mains jointes, implorant sa compassion, les yeux larmoyants, pleins de reconnaissance. Alors, pour la première fois depuis 12 ans, depuis ce jour où il s’était installé dans ce coin perdu du bout du monde, il se mit à les haïr férocement de tout son corps. Il porta la main à son ceinturon. Heureusement pour eux, il était vide

Les commentaires sont fermés.